Nouveau taux du livret A.

Publié le par gigi

Ce premier août, le livret A (bientot distribué par toutes les banques d'ailleurs...) passe à 4%.
En suivant la formule de calcul élaboré il y a un an, le taux de rémunération aurait dû être de 4.5%... Encore une fois, on voit que le gouvernement fixe des règles, mais y déroge dès que cela ne l'arrange pas !

Ceci étant, la hausse du livret A n'est pas forcément une bonne chose. A 3.5% il rémunérait les liquidités à 0,2% par an (avec une inflation à 3.3%). Avec le nouveau taux de 4%, il compense tout juste l'inflation de juin, et si ça continue, on perdra de l'argent en le laissant dormir sur ce produit !

N'oublions pas le mécanisme menant à l'inflation: 
1/ La banque centrale imprime plus de billets.
2/ L'augmentation du nombre de billets en circulation fait baisser sa valeur (puisqu'il n'y a pas plus de produits à acheter, mais plus de billets. Il faut donc plus de billets pour acheter la même quantité de produit).
3/ Plus la valeur du billet baisse, moins l'argent a de valeur.
4/ Moins l'argent a de valeur, plus les prix montent.

Si on traduit cela sur les taux d'intérêts, cela donne:
1/ Plus les taux d'interets sont bas, moins l'emprunt coute cher.
2/ Moins l'emprunt est cher, plus les gens empruntent. Ou plus exactement, plus ils empruntent de grosses sommes.
3/ Plus ils empruntent, plus il y a d'argent en circulation, et donc plus ils dépensent.
4/ Plus ils dépensent, et plus les prix montent (et oui, même raisonnement qu'au dessus: étant donné qu'il y a plus de monnaie en circulation, les prix s'adaptent si la quantité de produit ne change pas).

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Raphaël DIDIER 01/08/2008 13:02

C'est une très bonne idée de rappeler que les règles du jeu concernant le livret A ont tendance a changer souvent ses derniers temps ! Par contre, je préciserais que l'inflation n'est pas uniquement monétaire. Elle peut, par exemple, avoir pour origine la hausse des prix des produits importés. On appelle cela l'inflation importée.

gigi 06/08/2008 08:08


Bonjour,
Tout à fait en ligne avec votre commentaire ! L'inflation importée (matières premières fossiles ou agricole) semble effectivement plus préoccupente que l'inflation monétaire pure. Elle est dûe
particiellement à la spéculation (c'est particulièrement visible pour le pétrole qui est monté au delà de 140$ en début d'été, où on s'est alarmé d'un franchissement prochain de 200$, et finalement
d'une baisse pour se trouver actuellement vers 120$, cours encore surévalué très probablement), mais aussi à une pénurie, ce qui est le cas pour les matières agricoles. Il faut une saison pour que
l'équilibre soit retrouvé dans ce domaine, l'augmentation des prix acutuelle succitant l'envie de produire. Celle-ci se transforme donc par plus de produit sur le marché, et donc une baisse des
prix de vente (loi de l'offre et de la demande).