Humour: la bourse pour les nuls ... explication !

Publié le par gigi

Un beau jour, dans un village, un homme apparut et annonça aux villageois qu'il achèterait des singes pour 10$ chacun.
Les villageois, sachant qu'il y avait des singes dans la région, partirent dans la forêt et commencèrent à attraper les singes.
L'homme en acheta des centaines à 10 $ pièce et comme la population de singes diminuait, les villageois arrêtèrent leurs efforts.

Alors, l'homme annonça qu'il achetait désormais les singes à 15 $. Les villageois recommencèrent à chasser les singes.
Mais bientôt le stock s'épuisa et les habitants du village retournèrent à leurs occupations.

L'offre monta à 20 $ et la population de singes devint si petite qu'il devint rare de voir un singe, et encore plus rare d’en attraper un.
L'homme annonça alors qu'il achèterait les singes 50 $ chacun. Cependant, comme il devait aller en ville pour affaires, son assistant s'occuperait des achats.

L'homme étant parti, son assistant rassembla les villageois et leur dit: « Regardez ces cages avec tous ces singes que l'homme vous a achetés. Je vous les vends 35 $ pièce et lorsqu'il reviendra, vous pourrez les lui vendre à 50 $. »
Les villageois réunirent tout l'argent qu'ils avaient, certains vendirent tout ce qu'ils possédaient, et achetèrent tous les singes.

La nuit venue, l'assistant disparut.

On ne le revit jamais, ni lui ni son patron.

Bienvenu dans le monde de la bourse !

Commenter cet article

Toledo 27/10/2008 21:12

Je crois qu’on ne peut demander aux « professionnels », voir aux « experts » plus qu’ils ne peuvent donner. De plus, c’est le problème typique de science fiction popularisé par le film « Retour vers le futur » : si vous prévoyez le futur, les personnes du présent adapteront leurs décisions au mieux de leur intérêts dans le présent et , par là-même, changeront le futur ! Je pense que vous faites références aux conflits d’intérêts entre les producteurs de produits financiers et les agences de notation, payés par les premiers. A mon sens, la collusion n’a pas été totale, car les vendeurs de produits n’ont pas bien saisi la portée de ce qu’ils vendaient, comme le sauve-qui-peut général le montre ces dernières semaines. Un vrai escroc sait de combien il entube son pigeon. Les agences de notation ont perdu leurs crédibilité et, donc, leurs valeurs : qui va leur acheter leurs études ? L’Etat français se doit protéger le citoyen en lui permettant, par son travail, d’améliorer son niveau de vie. Les pays jeunes et pionniers, comme les USA, n’apportent pas leur protection aux naïfs qui croient que les arbres montent jusqu’au ciel. De même, comment croire qu’en 6 mois, le Chine mange tout le riz, toutes les matières premières et tout le pétrole, comme les hausses de prix de matières premières et alimentaires nous ont été racontées par les analystes ? La bourse a beaucoup du jeu, même si, comme aux courses, se renseigner sur le cheval peut apporter des indices quand au classement final. Veuillez pensez aux nombreux pays, où, pour pouvoir avoir une retraite décente, la bourse n’est pas un luxe, mais une nécessité. Nous demandons beaucoup à la bourse, mais, au-dessus des placements absolument sans risque, comme les bons du trésor, ou les produits normés type livret A, nous demandons d’avoir des rendements ou / et des plus values trop importants, où, un jour ou l’autre, le salarié (pour le rendement) ou l’acheteur ( celui qui réalisera une moins-value) sera un partenaire de jeu perdant. Il n’y a pas qu’en bourse que ce partenariat n’est pas gagnant-gagnant, mais il faut savoir que , mal domestiqué, la bourse, qui est un instrument de financement et de fludification de la vie des entreprises, ne peut que mener aux illusions perdues. J’ai pris une année pour me former à toutes les possibilités de gestion de patrimoine ( = toutes les façons de faire de l’argent avec son argent). Au niveau de la bourse, plus j’ai lu, écouté, suivi des « experts » ou « professionnels » (aux avis divergents, voir opposé), plus je me suis bien rendu compte que, plus nous en savons, plus nous savons que nous ne savons pas. Un expert qui ne dit qui ne sait pas est-il crédible ? Nous voulons un oracle, pour mieux le jeter aux loups s’il se trompe. C’est un miroir de nos exagérations, voir de notre avidité : nous voulons croire que l’immobilier continuera à se valoriser de 15% par an, alors que ce bien immobilier atteint un niveau où nous-même, nous n’achèterions pas notre propre bien. De même qu’actuellement, il y a une jouissance perverse à voir les banques s’écrouler , mais nos économies sont dans leurs comptes ! Que dire de la chute des Hedges Funds (qui sont utilisés par les grands fonds de retraite pour améliorer la notre !), des chinois (qui nous achètent des articles de luxe et des infrastructures et qui nous offrent des biens de consommation à vil prix) ou de l’indice CAC40 ! Il y a 2 ans, les autorités chinoises ont dit qu’elles soutiendraient coûte que coûte leur économie dans l’optique d’une belle vitrine pour les Jeux Olympiques et que donc, l’économie serait en repli après cette date. C’est exactement ce qui arrive. L’important, ce n’est pas les experts, mais ceux qui les écoutent. Pour finir, même le passé prête à discussion : l’interprétation que fait M.Bernanke de la crise de 1929, dont il est un « expert » reconnus, a aussi ses détracteurs, ce qui permet de critiquer sa démarche actuelle. C’était pourtant il y a 79 ans !

Toledo 25/10/2008 18:09

Pour la route : Traider for ever :
Après cette semaine de folie à la bourse, deux traders, qui ont perdu beaucoup d'argent (par ex. à CNCE), décident d'aller se ressourcer à Deauville.
Ils sont tous les deux accoudés à une balustrade et regardent, rêveurs, cette immensité bleue apaisante : c'est le retour aux vraies valeurs de la vie.
Au bout d'une heure de contemplation silencieuse, l'un d'eux s'étonne :
" Tiens, la mer baisse"
" J'achète" lui répond son copain !

toledo 25/10/2008 15:45

Vous décrivez ici une escroquerie, ce qui, pour un amateur d'investissement boursier, n'est pas très pur. La bourse apporte normalement une information plus clair sur les produits qu'elle propose. C'est pour cela que tout autre produit devrait y être proscrit pour le particulier, y compris les Sicav hedgées. Les marchés financiers sont devenus un supermarché de trop de produits, d'où une indigestion de nouveautés (en dehors de toute toxicité). Ceci ne va pas réconcilier l'investisseur avec la bourse (soit des latins plutôt naturellment frileux)et le raprocher de la pierre (psychologiquement plus sécurisant, mais pas mieux financièrement en ce moment). Encore une occasion ratée de réconcilier le français et les milieux financiers.

gigi 27/10/2008 17:55



N'est-ce pas une escroquerie de la part des analystes, de dire que tout va bien, avec des objectifs à +100% parfois, alors que la réalité économique n'est pas si rose ?
N'est pas une escroquerie les notations des sociétés, qui passent de AAA à BB- simplement après que le cours ait baissé ? Je croyais que ces spécialistes analysait le risque, et savaient
l'évaluer. Il n'en est rien, et leur action est aussi néfaste que ce négociant de singes.

Je n'ai jamais vu de concensus qui prévoit la baisse, quelle que soit la situation, même en 2000! Exemple le plus récent, c'est cet été: on prévoyait le pétrole à plus de 200$, et qu'il ne
descendrait jamais... Entre temps, il est passé de 150$ à 70$... Tout est à l'avenant. Comme par hasard, on entend plus ces "analystes"... Ne ressemblent-t-il pas à ce négociant qui achète des
singes ?

Et je suis persuadé que bientot, de brillants analystes vont prévoir la crise que l'on vit ! Y compris des "spécialistes" de l'analyse technique !! Après coup, c'est facile de prévoir le passé,
mais je n'ai encore jamais vu d'analyste, JAMAIS, qui était assez brillant pour l'avenir avec une précision de +/-10% en toutes circonstance (ils y arrivent dans un marché
légèrement haussier en général).