AT: Peut-on y croire ?

Publié le par gigi

Voici l'article accrocheur publié par un analyste technique. Notez le contexte d'écriture de l'article: BNP a déjà fortement chuté depuis le début 2009, pour avoir connu des extrêmes annuels de 35€83 - 20€66, l'article ayant été écrit au lendemain du plus bas annuel:
"BNP Paribas : entre 25 et 35% à perdre début 2009 ! Par Marc Dagher, 27 janvier 2009
Les derniers seuils de soutien tous enfoncés
Les journées des 17 et 18 décembre auront sonné le glas de la résistance relative de la première banque française face à la crise générale.

En effet, d'un point de vue graphique, les cours sont d'abord venus mettre un terme au rebond initié le 20 novembre (passage sous les 37 euros), avant d'enfoncer dès le lendemain le dernier véritable seuil de support, situé sur les 32,50 euros et correspondant au double bottom (ou "double creux") de janvier et mars 2003.

La configuration immédiate est ainsi devenue baissière, comme le confirment les indicateurs mensuels, mal orientés.

Evolution du cours de l'action BNP Paribas

Que va-t-il se passer maintenant ?
Sans écarter un rebond technique intermédiaire, qui pourrait ramener les cours autour du seuil des 38 euros, et tant que la résistance clé, située sur les 43,35 euros, n'est pas nettement dépassée, la tendance reste à la baisse.

Les prochains objectifs sont alors situés sur les deux derniers paliers de soutien techniques, à savoir les overlaps d'août 1993 et de mai 1990. Ceux-ci se situent respectivement sur les 22 euros, puis 18,50 euros, soit entre 25 et 35 % plus bas que les cours actuels.

A contrario, seul le passage au-dessus de 57,40 euros remettrait en cause l'hypothèse désormais baissière.

Première parution le 08/01/2009 dans le numéro 15 de MoneyWeek

Marc Dagher est le rédacteur en chef de @Turbos Trader."

Nous verrons bien... mais je suis complètement de l'avis contraire. BNP a été massacré sans raison: une frayeur de recapitalisation ou nationnalisation sans doûte, alors que la banque a annoncé 3 milliards de bénéfices (plus de 3€/action) pour 2008 malgré des pertes de trading de 1.4 milliards au dernier trimestre... A moins que ce soit les moutons de panurge qui tous sautent du bateau sans se poser de question, juste en regardant la courbe, comme notre intervenant AT ci-dessus l'a fait. A postériori, il s'en mordra sans doute les doigts.

Quelques commentaires utiles pour faire de l'AT, accompagné des citations de l'article:
1/ Il faut être accrocheur pour vendre.
Rien de tel que d'annoncer une chute spectaculaire après qu'elle se soit produite: Ainsi, une baisse de 25% à 35% sur 22€, cela ramène à 16€50 à 14€30, et non 22€ et 18,50€ comme indiqué par erreur dans l'article. Faire peur aux gens est une bonne recette pour vendre. Sacré journaleux !!
2/ Ecrire du baratin. Que signifie en effet: "d'un point de vue graphique, les cours sont d'abord venus mettre un terme au rebond initié le 20 novembre (passage sous les 37 euros)", alors que l'action n'a fait que chuter depuis 2007, comme on le voit très bien sur la courbe publiée dans l'article ? Où a-t-il donc vu un rebond en novembre ?? L'auteur ne semble pas savoir que le contour de la société a bien évolué depuis les années 90, et ne fait pas du tout les mêmes bénéfices ! Rachat de BNL ? Connais pas... Dévelopement des produits dérivés ? Kesako...
3/ Etre flou sur l'avenir. Indiquer à fois la hausse et la baisse, c'est ce qu'il y a de mieux ! Au moins, on a raison dans tous les cas !! On peut ainsi lire dans l'article que le cours peut monter à 38€... mais aussi baisser (avec une erreur de calcul en plus, relevée au point 1/): "Sans écarter un rebond technique intermédiaire, qui pourrait ramener les cours autour du seuil des 38 euros...la tendance reste à la baisse"
4/ Annoncer une évidence pour finir de convaincre. Si on se plante totalement, autant prévenir... Ainsi, l'auteur prévoit une baisse (c'est son gros titre). Mais il reverait son avis si le cours fait plus que doubler !! Ah bon ? Si le titre fait +100%, le scénario de baisse est remis en cause ?? Je savais pas moi, crétain que je suis !!! : "A contrario, seul le passage au-dessus de 57,40 euros remettrait en cause l'hypothèse désormais baissière. ". 57€40 sur 22€, ça fait +160%.... C'est clair que si l'action monte de +160%, il est moins probable qu'elle baisse <<comme prédit>>... Merci l'artiste !

Note: Ce soir, l'action a terminé au delà de 30€ ! Une remontée tout aussi farfelue que la chute. Rien ne justifie une envolée pareille... tout comme rien n'avait justifié la baisse. Le marché est détenu par des fous en ce moment, et ça se voit sur les variations totalement déliantes, et hors de proportion avec la réalité économique ! Cela dit, comme la "vrai valeur" de BNP est probablement autour de 90€, il est clair que les vendeurs doivent "baliser", ce qui explique ce mouvement de panique à la hausse.

Au fait ? Toujours convaincu par l'AT ? Moi, je n'y crois pas, vous avez compris, je pense !

Publié dans AT - Analyse Technique

Commenter cet article

toledo 30/01/2009 15:55

Concernant l'Analyse Technique, on peut noter 2 choses :
1. elle est basée sur des méthodes , elle-mêmes dérivées d'une pratique répétitive (comme l'analyse historique) : nous sommes dans des conditions de marché particulières, donc les méthodes utilisées en temps normales ne fonctionnent pas. Qu'est-ce que des conditions normales de marché qui peuvent rendre efficace l'Analyse Technique, en voilà une question qu'elle est bonne !
2. BNP est actuellement dans une drôle d'histoire avec Fortis : l'histoire n'est pas claire, les petits actionnaires belges se sentent floués (voir ruinés). Parallèlement, les bons résultats de la banque en font une icône, que beaucoup trouve trop belle pour ne pas la faire brûler.

De manière générale, s'il suffisait de mettre l'analyse boursière en équation, alors il suffirait d'automatiser ses ordres de bourse pour gagner. Or si tout le monde fait la même chose, cela ne peut marcher. QFD