Le problème bancaire: Nouvelle piste.

Publié le par gigi

Depuis début 2007, les banques ont l'obligation de respecter un nouveau ratio Tier I,  tel qu'adopté par Bâle II. Ce qui le diférencie du précédent c'est la prise en compte, pour sa valeur réelle, des investissements. Ainsi, même si le ratio n'a pas changé (il est resté à 8%), il a été désormais permis au banques de pondérer les montants en fonction de ses procédures internes de management des risques; ces dernières utilisent des "probabilités" de défaut de remboursement et des "estimations" de pertes qui en résulteraient. Tous les emprunteurs ne sont pas logés à la même enseigne et pour certains d'entre eux, ce sont les agences de notation qui vont grandement influencer ces probabilités. En apparence, cette méthode était censée représenter plus justement la valeur des actifs. En réalité, on était -comme dans beaucoup de domaines- en plein syndrome "Monsieur Plus", le but étant de créer plus de valeur avec moins de fonds propres. Aujourd'hui la valorisation de ces actifs permet de les diviser en trois grands groupes:
- ceux dont la valeur est connue et relativement stable sur l'exercice;
- ceux dont la valeur est connue et qui ont chuté de façon spectaculaire;
- ceux dont la valeur est indéterminée.
Il devient périlleux de se lancer dans l'évaluation de ces actifs, l'évaluation n'étant pas neutre.

Quand tout va bien, les agences de notation notent le risque AAA (à moins que ce ne soit pour faire plaisir à leur client, sans aucune déontologie... Ce qui est possible vu le changement de notation du jour au lendemain pour certains actifs "toxiques" typiquement !!). Par ailleurs, les actifs cotés sont "chers" en temps normal, car tout le monde veut des actions (la prime de risque est faible). Et enfin, les produits spéciaux ont une cote, non pas en fonction du risque, mais du rendement attendu (et pour le risque, et bien, on verra...).
Bref, tout ceci fait que les actifs en général sont énormes, et cela en particulier implique que les banques ont les moyens de prêter beaucoup, et sans être trop regardantes...

C'est le coeur du problème. En étant peu regardantes sur les qualité des emprunteurs, ou en négligeant les garanties, quand cela commence à mal tourner, le secteur est vite rattrapé par ses manquemants. Les produits à valeur indéterminé se retrouvent sans valeur marchande (ce sont des titres illiquides, "pourris" pour certains), et la Bourse baisse fortement. Cela rend les banques plus fragiles : Même si les emprunteurs ne voyaient pas leur situation changer, la banque couperait le robinet à crédit pour manque de fonds propre. Et là, on commence à voir le cercle infernal:
* Plus de crédit aux entreprises --> Cela pousse celles-ci à la faillite.
* Plus de crédit aux particuliers --> La consommation flanche, et indirectement met des travailleurs au chomage
* Chomage --> Moins de consommation
* Moins de consommation --> Fragilisation des entreprises, voire faillite, ...

Qu'a-t-on fait ?
- On a commencé à baisser les taux d'intérêts pour relancer le crédit, l'investissement;
- Certaines banques ont été recapitalisées, voire nationnalisées. Pour l'exemple, et éviter de faire croire que les banquiers ne sont jamais punis, on a mis en faillite une banque non commerciale;
- On a déversé de l'argent sur les marchés: des sommes considérables ont été injectées dans le système;

Tout cela n'a rien fait, ou presque. La contagion à l'économie réelle a été, dès lors, inévitable. Et la cause en est très simple: face à tant d'incompétence dans le système (prêt sub-prime; titrisation sans maîtrise des risques, ...), les intervenants ont totalement perdu confiance. A tel point qu'ils valorisent les actifs sous les fonds propres, ce qui n'est jamais arrivé !

Alors que faire ?
Pour tenter de redonner confiance, quitte à absoudre les banques fautives, aux USA, ils ont décidé de créer des "Bad Bank". Il s'agit de regrouper des actifs dits "toxiques" dans une poubelle financée par l'Etat. Ce n'est pas la première fois qu'on utilise une telle structure. Avant le plan Pauslon, d'autres l'ont utilisé, en particulier en suisse pour UBS.

Si on remonte dans le passé, c'est une structure similaire qui a permis aux "Caisses d'Epargne" américaines de s'en sortir dans les années 90. Il s'agissait à l'époque de "junk bond", d'obligations pourries. Le Résolution Trust Corp (RTC)  a été créé pour liquider ses actifs pourris, à l'image des "bad bank" actuellement en discussion. Si l'histoire se répète, il faudra une dizaine d'année pour liquider les actifs pourris, et ça ne coutera quasiment rien au contribuable américain.... La condition est évidemment une juste évaluation des actifs avant transfert vers cette fameuse "bad bank" des actifs illiquides.

Et plus proche de nous, nous avons l'ardoise du Crédit Lyonnais qui a coûté si cher aux Français (et qui continue à coûter cher, car la partie "Banque d'investissement" du CL qui a géréné l'aspect <<toxique>> est maintenant aux mains du Crédit Agricole qui a racheté la banque !). A l'époque (1995), le gouvernement avait créé un Consortium de Réalisation" (CDR), chargé lui aussi de se défaire des créances douteuses en possession de la banque. Cela a coûté environ 10.000Francs par français d'impot supplémentaire.

Espérons simplement que cette nouvelle piste redonne confiance au marché, et ne serve pas simplement à absoudre les banques de leurs erreurs passées.

Publié dans Décryptage

Commenter cet article

SMZ 08/02/2009 12:09

C'est bien le problème des probabilités. Ceux qui les vendent oublient le hasard qui frappe toujours un jour ou l'autre à la porte. Et c'est à ce moment là, qu'ils se rendent compte que rien ne peut être maîtrisable à 100%.
Une chose est sûre à 100%, on va tous y passer un jour ou l'autre...

London Eye 07/02/2009 23:45

Decidement toutes les ip sont de londres.
moi je t'aime bien gigi !

gigi 08/02/2009 00:29


Cher IP: 81.50.201.137 ,

Et non, pas la tienne... Tu as vraiment rien à faire que de mettre des commentaires bidons ? Sors de l'adolescence !


work 07/02/2009 23:06

Quelques notions mais tout est trop leger. La réflexion reste survolee. Il faut travailler h
Gigi.

gigi 07/02/2009 23:11


Cher IP=93.186.20.173 de Londres,

Pourrais-tu être un peu constructif dans tes commentaires ? Merci d'avance.