Retraite: Capitalisation ou répartition ?

Publié le par gigi

Pour commencer, voici la dette US en fonction du P.I.B. au fil du temps... Elle culmine à 350% actuellement, et ce n'est pas tenable à long terme ?
"Yes we can ?" Tel était le slogan de Bark Obama pour son élection... A mon avis, on ne peut pas se permettre une telle dette à long terme, et pour la réduire, il n'y aura qu'un seul moyen: le retour de l'inflation. C'est inévitable.
Partout, les plans de relance consistent à injecter de l'argent (5.8% du PIB aux USA, 3,1% en Allemagne, 1,5% en France), et il faudra bien payer un jour. Quel impact cela aura-t-il pour nos investissements et nos retraites en particulier ? Avec une telle montage de dette, faut-il être investi en obligation ou en action ? Que penser du système Français de répartition par rapport au système américain de capitalisation ?

Avec le système français, si nous avions un ratio actif/retraité constant, la courbe de la dette ci-dessus ne poserait pas de problème. En effet, à un instant T, on reverse au retraité une part de salaire d'un actif. Il ne s'agit donc que d'un transfert de pouvoir d'achat d'un actif vers un retraité (en instantanné, au niveau de la collectivité), et d'un différé de salaire (pour la personne concernée: elle sait qu'à la retraite, elle persevra un certain pourcentage de son salaire). L'inflation dans ce cas n'a pas trop d'importance si on conserve le ratio. On est dans un système extrêmement protecteur, qui assure le niveau de vie des retaités quel que soient les conditions.
Alors quelles sont les faiblesses de ce système ?
- Si le ratio Actif/Retraité change sans changer le pourcentage de redistribution, le système devient bénéficiaire si le ratio monte, mais baisse dans le cas contraire. Pour les années à venir, on sait que le ratio va baisser en regardant les courbes démographiques: il y aura moins d'actif par retraité, ce qui va rendre le système déficitaire.
- A redistribution constante de son dernier salaire, pour combler le trou, il va falloir générer de l'inflation: Ainsi, on appauvrira le retraité puisque la même quantité d'argent vaudra moins cher. Ce système de répartition est donc inflationniste dans notre cas si on admet que le ratio d'actif va baisser par rapport aux retraités.
Que faire pour corriger le système ?
Il faut adapter le système, pour le remettre à l'équilibre. Pour cela, il n'y a que 2 solutions, si on refuse de faire filer l'inflation:
1/ Augmenter les taux de prélèlement des actifs. La charge est injuste, puisqu'on appuie sur ceux qui créent de la richesse. Elle est dangeureuse car elle risque de voir les actifs arrêter de bosser plutôt que de subir de nouveaux prélèvement (soit en vivant des aides sociales, soit en partant travailler à l'étranger)
2/ Augmenter la durée de cotisation. On rétablit ainsi le ration Actif/Retraité. Tout le monde y trouve son compte, y compris la société, à condition bien sûr de permettre aux "vieux" de travailler. C'est un changement de mentalité à faire: les entreprises préfèrent en effet ambaucher un jeune de 20ans qu'un vieux de 60ans... et cela est tellement gravé dans les esprits que le changement de mentalité risque de prendre du temps.... y compris dans le public, qui limite l'accès des concours à des personnes de moins de 40ans !!

Avec le système américain de retraite par capitalisation, vous gérez vous-même votre retraite. Mais si les marchés dévissent (division par 2 par exemple...), votre pouvoir d'achat chute fortement, et vous risquez de vous retrouver à la rue, ce qui n'est pas totalement juste après une vie de travail. Idem si vous avez misé sur les mauvais chevaux, et bon nombre d'exemples le montrent, sans même parler de Madoff.
Quelles sont les faiblesses de ce système ?
- Une inégalité de rendement entre "assurés". De plus, très souvent, on achète des actions de son entreprise, sans se rendre compte qu'on met dans le même panier son travail et son capital. Si la société ferme, vous perdez votre travail, mais également votre retraite. C'est dramatique, et lié à la non-diversification.
- Une incertitude sur le niveau de retraite ainsi dégagé. En faisant abstraction des écart entre individus dû à des placements différents, il y a des périodes favorable aux actions, et d'autre moins. Au fil du temps, le revenu peut fortement varier. Si vous retirez une action par an, vous auriez ainsi eu 2 fois plus l'an passé que cette année, car les marchés ont divisé par 2. Ce n'est pas neutre !
Que faire pour corriger le système ?
- Diversifier les placements, voire imposer un socle commun à tous (indexé sur un mix d'indices: Dow Jones, Nasdaq, SP500, CAC40, etc...) en fonction du poid relatif dans le monde. Ainsi, vous seriez en quelque sorte indexé sur la progression mondiale du PIB.
- "Imposer" un placement périodique (un certain pourcentage du salaire) pour la période d'épargne, afin de lisser les fluctuations de marché, et éviter, comme actuellement, que tout le monde se retire du marché alors que les prix sont bas. Cela enlève aussi l'aspect psychologique de peur de perdre.
- "imposer" un retrait périodique (un nombre maximum d'unités) pour la période de distribution. Afin d'éviter de forts retraits et d'assurer un minimum de sécurité aux gens, il faut "borner" les retraits, afin de leur permettre de pouvoir retirer suffisament, mais pas trop pour qu'ils ne se retrouvent pas en fin de vie sans ressources. On pourrait par exemple considérer que l'on peut vivre jusque 120ans, ce qui permettrait un certain confort à l'assuré, et permettrait de transmettre le reliquat en cas de décès avant l'age "maximum".

En conclusion, il ne faut pas opposer les 2 systèmes: Capitalisation et répartition sont deux moyens différents d'obtenir la même chose: un différé de paiement pour l'individu, même si le méchanisme est différent.
Il n'y a pas de vérité absolue, et à mon sens, un mix des 2 permettrait d'amortir les défauts de chaque système.

Publié dans Décryptage

Commenter cet article

crofin 19/02/2009 12:15

deux pays deux systèmes, mais une seul destin ?
d'accord que c'est du ponzi:
http://blog.crottaz-finance.ch/?p=520

et aussi que pourait-il se passer dans les investissement de nos retraites, sur lesquels nous n'avons aucun pouvoir décisionnel: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=1202

en suisse on peut même faire des moins values de prévoyance (au moins on est prévenu avant la découverte finale):http://blog.crottaz-finance.ch/?p=971