Accor: AT du 26 février.

Publié le par gigi

Vous avez pu lire une étude sur le groupe Accor le soir de la publication des résultats.  Reprennons cette étude deux mois plus tard pour laisser le temps faire son oeuvre. Nous pouvons ainsi juger de la prédiction qui était à l'époque la suivante:
"Sur la base d'un cours de 28€:
- Orientation à la baisse, avec objectif de 24€ puis 19€
- Invalidation si hausse au delà de 36€, objectif 47€ !!"
Encore une fois, cet auteur, systématiquement à la baisse (c'est dans l'air du temps !), visait un objectif de baisse de 4€ (au mieux 9€)... et invalide s'il y a une hausse de 8€ (puis 19€). Bref, le risque à la baisse est inférieur au risque à la hausse encore une fois ! Comment dans ces conditions miser dans le sens qui rapporte le moins, et expose le plus ?

Résultat des courses: Au 28 avril, la valeur cote xx€

Article originel:


Accor : une chute 5 étoiles !

Par Marc Dagher

Dans un marché pourtant soutenu par l'effet Obama, le groupe Accor s'offre un beau -6,24% en clôture hier, lanterne rouge du CAC 40.

Evidemment pas épargné par la crise, l'un des leaders du secteur hôtelier souffre du fait qu'il soit dans une industrie à coûts fixes élevés : toute réduction de l'activité se traduisant donc par une forte baisse des résultats.

Par ailleurs, plusieurs chantiers sont encore en cours : une homogénéisation du parc de la chaîne haut de gamme Sofitel, tout particulièrement en France, est nécessaire ; dans le milieu de gamme et économique, Accor doit relancer les marques Formule 1, Ibis et Novotel.

Maintenant, on ne vous la fait plus, et vous aurez bien sûr deviné que la forte chute d'hier est due à une publication de résultats décevants.

En effet, Accor a réalisé un résultat net part du groupe 2008 de 575 millions d'euros, en baisse de 34,9%. Le groupe d'hôtellerie et de services a précisé que le résultat net intégrait moins de plus values liées aux cessions d'actifs qu'en 2007 : 150 millions d'euros en 2008 contre 481 millions l'année précédente. Le résultat avant impôt a atteint 875 millions d'euros, en recul de 3,5%. Il est en progression de 1 3% en données comparables et hors impact du coût du retour aux actionnaires.

Le groupe tablait sur un résultat avant impôt compris entre 870 et 890 millions d'euros.

La marge opérationnelle a progressé de 1 point à 29,6%.

Le chiffre d'affaires consolidé s'est établi à 7,739 milliards d'euros, en progression de 2,8% à périmètre et taux de change constants et en recul de 4,7% en données publiées.

Accor a mis en avant sa situation financière solide avec un endettement net de 1,072 milliard d'euros au 31 décembre 2008 et aucun refinancement majeur prévu avant 2012.

Le groupe a annoncé "un plan de bataille pour répondre à une conjoncture difficile". Celui-ci prévoit un programme de réduction des coûts de support de 100 millions d'euros sur 2009/2010 dont 75 millions sur 2009. "Cette réduction porte pour l'essentiel sur les investissements de marketing, les achats, l'annulation ou le décalage de projets non prioritaires", a précisé la société.

Par ailleurs, l'enveloppe annuelle de 500 millions d'euros d'investissements de développement hôtelier prévue pour 2009 et 2010 sera ramenée à 400 millions d'euros au-delà. Ces 100 millions d'euros de réduction portent sur les segments haut de gamme (55 millions) et milieu de gamme (65 millions d'euros) ; en revanche une hausse de 20 millions d'euros est prévue dans les investissements de l'hôtellerie économique en Europe.


Accor

D'un point de vue technique maintenant, après un fort mouvement haussier ayant pris place en cinq temps classiques entre mars 2003 et juillet 2007, le titre s'est violemment retourné pour retrouver un niveau très important autour des 24   euros et sur lequel il a d'ailleurs rebondi. En effet, ce niveau correspond à la fois au seuil de soutien de 2001 et 2003 et à la fois à l' overlap (ancienne résistance devenue support) de 1991 /1992. Un nouveau test de ce palier est donc attendu initialement. Par la suite, et tant que la résistance clé des 36 euros n'est pas nettement dépassée, une nouvelle vague de baisse est à envisager en direction du prochain objectif situé sur les 19 euros .

Alternativement en revanche, au-dessus des 36 euros, viser d'abord les 47   euros .

Publié dans AT - Analyse Technique

Commenter cet article