BNP: bénéfice aux traders...

Publié le par gigi

Comme le titre de l'article le souligne, c'est reparti comme avant la crise. Ce sont 17.000 traders qui devraient se partager l'an prochain 1 milliards, soit une prime de 60.000€ en moyenne par employé ! Pas mal dans une période de restriction à tous les étages avec pour excuse systématique: "c'est la crise", phrase magique qui permet à d'autres de ne pas augmenter les salaires (donc de les baisser, car l'inflation ronge le pouvoir d'achat), ou de délocaliser (en prétextant qu'on est trop cher), envoyant des armées de salariés au chomage.

Ce coup de gueule est issu des constatations que tout le monde peut faire en regardant son cas par rapport à ceux des banques. Avouons-le, c'est toujours avec une pointe de jalousie que l'on regarde les avantages des autres...mais on adore aussi nos propres privilèges ! Par exemple l'emploi à vie pour les fonctionnaires et leur retraite boostée par rapport au privé, les comités d'entreprises généreux comme à EDF (en plus de l'électricité à prix cadeau !!), les voyages en avions gratuits pour les salariés d'AirFrance ... etc... En dehors de ces cas particuliers, chacun pourra trouver un petit avantage (ticket restaurant, chèque enfant, réduction pour les spectacles, une voiture de fonction, ...) lié à son emploi.

Revenons donc aux résultats de BNP, car cette agitation médiatique ne donne pas les raisons de ces primes, jugée "injuste" (à propos, messieurs les journalistes, rapellez nous vos avantages de réduction d'impots un peu scandaleuse quand on y regarde de près, sans compter les "à cotés" liés aux métier: invitations en tous genre !! ...).

Donc, les résultats !

Ils sont supérieurs aux attentes ! ... et en plus la banque a fortement grossi dernièrement. Elle n'est plus franco-française depuis l'achat de BNL (juste avant la crise) permettant d'étendre à l'italie son influance, et tout dernièrement cette année de Fortis permettant d'entrer en Belgique. Si cette dernière n'est pas encore totalement intégrée au groupe, on peut considérer que la fusion avec BNL est achevée... Ce que confirme les faits indirectement par le rachat de Findomectic.

BNP Paribas a publié un bénéfice net de 1,604 milliard d'euros, en hausse de 6,6% au deuxième trimestre. Le groupe bancaire profite de la contribution de sa filiale belge Fortis, qui explique cette progression du résultat. Le produit net bancaire est ressorti à 3,04 milliards d'euros, en hausse de 20,1% par rapport à la même période l'année précédente. L'établissement a précisé que son ratio Tier 1, qui mesure la solvabilité financière, s'était élevé à 9,3% au mois de juin.

Cercle Finance reporte:
" Baudouin Prot indique que le groupe se comporte bien dans tous ses grands domaines d'activités, même si le coût du risque est élevé car l'impact de la récession se lit dans ses comptes mais, globalement, constate un très bon niveau d'activité dans la banque de détail, et gagne beaucoup de clients en France, en Italie et, depuis quelques semaines, en Belgique.

On a une très bonne collecte de nouveaux actifs dans nos métiers de gestion et la banque de financement et d'investissement a très bien marché au deuxième trimestre, essentiellement par une activité de clients. Les entreprises ont émis beaucoup d'emprunts en euros et BNP Paribas est le premier acteur au monde sur les émissions en euros donc nous en avons bénéficié.

Sur les marchés, le plus gros de la crise est passé, les conditions sur les marché actions et obligataire se sont normalisées. Par contre, c'est la récession économique, le ralentissement de la croissance qui pèsent sur le coût du risque. Mais l'événement de ce trimestre, c'est la prise de contrôle de Fortis.

Avec BNP Paribas Fortis, BNP Paribas a changé de dimension. Nous sommes le premier acteur de la zone euro avec 540 milliards d'euros de dépôts, 13 millions de clients dont 6,6 millions en France. Les activités du groupe sont vraiment européennes.

CF: BancWest accuse 70 millions de dollars de perte imposable, à quand le retour aux profits?

BP: BancWest est légèrement en pertes au T2 car les provisions sont très élevées aux Etats-Unis, j'espère que BancWest redeviendra bénéficiaire dès l'année prochaine mais je pense que cette année, elle va continuer à dégager des pertes, j'espère limitées, aux 3ème et 4ème trimestres.

CF: BNP Paribas prend le contrôle de Findomestic en Italie, pourquoi?

BP: Ce même trimestre voit BNP Paribas intégrer Fortis, ce qui crée un grande plateforme à la fois en Belgique et au Luxembourg, et compléter avec la montée à 75% dans Findomestic, spécialiste de la consommation, notre présence en Italie déjà incarnée par BNL. C'est caractéristique, BNP Paribas a désormais quatre marchés domestiques et dans chaque pays, le dispositif doit être complet.

CF: Où en est-on de la crise financière?

BP: Les épisodes de forte dislocation de marché sont désormais derrière nous, les épisodes forts qui ont atteint leur pic au 3ème trimestre 2008 sont passés. Par contre, la situation économique reste difficile, car la récession des économies mondiales continue. Il semble que cette récession notamment aux Etats-Unis va se terminer, mais elle aura été longue, elle aura conduit à une forte augmentation du chômage, ses conséquences continueront de marquer l'économie mondiale pendant plusieurs trimestres et le niveau des risques pour le système bancaire. Toutefois, il y a un mieux sur les marchés, qui se sont normalisés depuis plusieurs semaines. "

Nous n'avons jamais douté de la valeur intrinsèque de la banque, et maintenons l'objectif de cours proche de 90€ proposé en 2007 avant l'éclatement de la crise, dans des conditions normales de marché (ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui).
Avec un cours de 54,34€ au plus haut depuis novembre 2008 à l'annonce des résultats hier, le potentiel reste encore important.

Ces informations ne constituent qu'une aide à la décision. Nous dégageons toute  responsabilité, tant directe qu'indirecte, quand à l'utilisation de ces informations. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Publié dans Valeurs

Commenter cet article

mnttech 05/08/2009 17:43

Comme d'habitude, on change pas une équipe qui gagne.